Georgie
Aller au contenu

Menu principal :

Art-et-culture

Histoire et civilisation

Art et Culture



La taille et les frontières de l'Arménie ont souvent changé durant sa longue histoire. Elle a été la scène de nombreuses guerres dans l'antiquité autant que dans un passé proche. Elles défigurèrent le pays et influencèrent profondément la culture arménienne. Les paysages majoritairement montagneux, ses roches et pierres ont influencé le mode de vie et la culture de son peuple. Au début, il y avait l'architecture, et celle-ci donna naissance à d'autres arts.
Un aperçu de la sculpture arménienne commence par un regard sur les créations durant l'Age de Bronze et les sculptures sur pierre, de poissons et monstres marins qui, selon la légende, protégeaient l'eau des sources montagneuses. Ces créatures de pierre appelé " vishaps " (dragons) ont été découvert dans les montagnes de Gegham, et datant du 8-10ème siècle avant JC.
D'autres découvertes sont les témoignages du développement des arts en Arménie, à la période hellénistique. La culture hellénistique s'est mêlée à l'identité de la culture arménienne. Après l'adoption du Christianisme en 301, tous les temples païens furent détruits et des églises furent construits sur leur fondation. L'invention de l'alphabet par Mesrop Mashtots au 5ème siècle a été cruciale et marque le début d'une nouvelle ère dans l'histoire d'Arménie. Les mots écrits ont aidé à développer la langue arménienne et la littérature. Le 7ème siècle était aussi appelé l'Age d'Or. En dehors des églises et monastères, il y a une collection impressionnante de sculptures architecturales autonomes. Quelques intérieurs d'églises étaient décorés de fresques. Les monastères arméniens fournirent également une autre forme d'expression artistique grâce aux artistes monastiques.
Elle était représentée par des stèles commémoratives, des croix-de-pierre ou khachkars dans l'enceinte des monastères.
Décorés principalement de reliefs ornementaux sculptés, les khachkars sont sans équivalence dans le monde des arts. Les khachkars ont joué un rôle important et varié dans la vie de l'Arménie médiévale. Ils furent construits pour des raisons multiples : une victoire, la construction d'un village, l'achèvement d'une église, mais majoritairement, c'étaient des pierres tombales. Plus tard, les bas-reliefs et les fresques nous menèrent à un autre aspect important de l'art médiéval : les manuscrits illuminés, qui sont sans doute un phénomène important de l'art arménien, ainsi que son histoire. Les premières miniatures sont remarquables pour leur grandeur festive. Ils nous font ressentir l'infini pouvoir de l'Art et l'universalité de son langage. L'histoire de l'illumination arménienne commença après la création de l'alphabet et les scribes arméniens purent copier et retranscrire les textes sacrés.
Les manuscrits de la seconde partie du Moyen-âge ont également une certaine unité artistique par certains aspects. Au milieu du 13ème siècle, l'école Cilicienne est unique dans l'exposition de l'illumination. Pour les maitres de cette école, un manuscrit illuminé de l'Evangile a de la valeur, tant religieuse qu'esthétique.
Le premier livre imprimé arménien apparut à Amsterdam en 1512. Après ce livre imprimé commença à s'étendre  rapidement les manuscrits les plus onéreux. Les conditions entre le 16ème et le 18ème siècle quand l'Arménie était divisé entre la Turquie et l'Iran, changèrent l'orientation de l'art qui se tourna vers l'expression de la vie quotidienne. Les arts mineurs se développèrent rapidement. Certains de ces arts mineurs, bien que fidèles à la tradition, passèrent entre les mains des maitres populaires et prirent progressivement la forme d'artisanats célèbres tels les tapis arméniens, la fabrication de dentelle, ou le travail de la filigrane. La fabrication du tapis se développa à la fin du 19ème siècle lorsque le tapis arménien commençait à s'exporter en Russie, en Europe occidentale et en Amérique du nord. La fin du moyen-âge fut aussi représentée par de magnifiques broderies dorées qui décoraient les vêtements du haut clergé. Depuis, la réputation dans le domaine de la broderie et de l'orfèvrerie s'étendent au-delà des frontières arméniennes.

Lorem ipsum
dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.
Retourner au contenu | Retourner au menu